image description

> Les Success Stories
des Code Camps de Prep’ETNA

Les Code Camps sont un nouveau concept pédagogique de l'école permettant des espaces d'application concrète pour les étudiants, par rapport à un sujet donné. Ils ont la particularité d'être réalisés en partenariat avec des acteurs du secteur : éditeurs, constructeurs, entreprises de service du numérique, experts, clients finaux ou encore organismes institutionnels.



> Data Camp

Code Camp du 22 au 28 janvier 2014

L’exposé d’ouverture Data Camp, réalisé par Samir Rinaz directeur de l’ETNA et Robin Le Querec responsable pédagogique de la Prep’ETNA, a traité des principaux fondements et métiers issus du domaine du stockage de données. Un éveil à l’univers du Big Data a également été amorcé. Les étudiants ont été mis au défi par l’école de développer une solution utilisant des données publiques comme celles de la plateforme http://data.gouv.fr. Une fois les équipes formées, les groupes se retrouvent dans l’espace de travail dédié et entamment cinq jours de développement qui découleront sur une journée de soutenance le 28 avril.

> Le défi #1

Développer d’une solution via l’utilisation des données de la plateforme http://data.gouv.fr.

> Le partenaire

Société Ecole ETNA
Cliff Grant – Coach sur le DataCamp & membre du jury
Allan Jacquet – Assistant pédagogique des Prep’ETNA & membre du jury

« Durant les soutenances du Code Camp Data, nous avons trouvé que la qualité de travail et d’implication était à la hauteur de nos attentes. On a eu des projets très élaborés.

L’organisation de travail était au point, les étudiants ont utilisé la méthode AGILE et se sont répartis les tâches et imposés des deadlines pour une productivité maximale. Le rendu, quant à lui, a été rondement mené dans le temps imparti.

L’enthousiasme des étudiants à manipuler les bases de données était bien visible. Pour exemple, un groupe d’étudiants a même soumis son idée d’application à Datagouv pour que la communauté puisse juger leur application.

L’entraide entre les étudiants est également très agréable à voir. Ils sont en compétition et pourtant adoptent un esprit solidaire, c’est aussi ce qui est remarquable lors des Code Camps. »

> Le défi #2

L’équipe ‘coup de coeur’ : Raphael PIERRE-ELIEN, Antoine JANVROT, Théo SALVETTI, Lyess DAOUD, Eddy MIOT

« Nous avons choisi de relever le défi de l’OpenData à travers la sécurité en Ile-de-France : nous avons repris les statistiques de justice.gouv. fr, validées par l’INSEE, que l’on a couplées avec des technologies et frameworks rarement utilisés jusqu’à présent comme JavaScript, JQuery et Bootstrap pour l’élaboration de notre site. Même si notre site est fonctionnel et correspond à notre cahier des charges, on pensait réellement pouvoir faire plus et développer le projet au maximum mais le temps nous a manqué. Malgré tout il est assez complet.

Depuis le premier Code Camp, notre groupe fonctionne parfaitement : nous avons de réelles facilités à travailler ensemble, nos habitudes et la confiance des uns et des autres nous aident grandement à chaque projet. Cette fois-ci, notre collaboration nous a valu la place de coup de cœur car notre sujet sur la criminalité n’était pas aussi plaisant et facile d’utilisation que la très bonne idée du répertoire de cafés à 1€ du groupe gagnant. A charge de revanche !»

> Le mot des vainqueurs

L’équipe des vainqueurs : Vikram SANATH KOUMAR RADJA, Sofiane GAALOUL , Pascal POULLE, Nithiyanandhan MOUNISSAMY.

« Nous avons utilisé une OpenData donnée par la mairie de Paris, une base de données qui répertorie tous les cafés à 1€ dans la capitale. Pour ce Code Camp, nous n’étions pas habitués à la confrontation des technologies et à l’utilisation de JavaScript dont nous connaissions uniquement les bases. Heureusement, nous avions à disposition toute la documentation nécessaire pour appréhender et faciliter l’utilisation de ce langage.
La contrainte principale restait la technologie même : nous nous sommes servis de l’Open Data de la mairie de Paris pour créer notre application, ce qui implique une dépendance directe au bon fonctionnement du site sur notre application. Nous aurions pu créer une base de données parallèle pour parer à ce possible problème mais nous avons privilégié le graphisme en débattant des heures sur l’icône du café. Ça fait partie du jeu, nous le savons.
Néanmoins, cette victoire est une belle récompense de notre implication et c’est une sensation que nous aimerions retrouver plus tard, notamment pour le Défi H (le groupe participe au défi H de l’entreprise Sogeti avec leur projet appelé GMH).»